Menu icoMenu232White icoCross32White

header.imagePlaceholder

header.clickToEdit

header.imagePlaceholderheader.backgroundPlaceholder

header.clickToEdit

Retour
Robert-François Rastoul, avocat et fervent défenseur de la médiation

Robert-François Rastoul, avocat et fervent défenseur de la médiation

Robert-François Rastoul, avocat à Toulouse, exerce depuis plus de quarante ans. Ayant constaté que les voix classiques de la justice étaient, dans certains cas, insuffisantes, il s’est alors tourné vers la médiation. Car lorsque les parties acceptent de s’asseoir autour d’une table et d’entamer le dialogue, de nombreuses affaires peuvent être résolues, même les plus complexes, comme celle de l’explosion de l’usine AZF ou celle des surirradiés de Toulouse. Il raconte.

« Le médiateur est un peu comme un guide de haute montagne. Lors de l’ascension, le guide ne va pas porter les voyageurs sur son dos car il leur faut découvrir par eux-mêmes la difficulté du terrain mais il est là pour leur éviter de tomber dans le précipice », explique joliment Robert-François Rastoul, avocat depuis 1975 et formé médiateur depuis 2007.

storage?id=900613&type=picture&secret=Fx6xs3wsXtRPSZLD1OZYwUfId8H1UTuRmKepFTI7&timestamp=1581523831

Son nom vous dit peut-être quelque chose, et pour cause, c’est lui qui a plaidé pour les salariés présents sur le site de l’usine AZF lors de son explosion en 2001, lui aussi qui a défendu avec succès les patients de l’hôpital Rangueil dans l’affaire des surirradiés de Toulouse.

La médiation ne concerne pas que les petites affaires

Robert-François Rastoul est bien la preuve vivante que la médiation ne concerne pas que les petites affaires de type relation de voisinage. C’est d’ailleurs pour résoudre au mieux ces deux dossiers sensibles et fortement médiatisés qu’il s’est tourné vers la médiation. « J’ai considéré que les personnes que je défendais ne pouvaient pas l’être de façon aussi efficace que je souhaitais par les voix classiques ».

Effectivement, la Cour de cassation n’a mis un point final à au dossier de l’usine AZF qu’en décembre 2019, confirmant l'arrêt de la Cour d'appel de Paris. L’affaire a donc duré quasiment 19 ans. Or, les salariés, qui demandaient reconnaissance et réparation des préjudices, ne pouvaient bien entendu pas attendre que l’affaire pénale soit terminée. « J’ai cherché les moyens de pouvoir obtenir cette reconnaissance de leur préjudice et leur indemnisation d’une autre façon », raconte l’avocat. Cela l’a amené sur le chemin de la médiation, ou pour être tout à fait exact, concernant le cas de l'usine AZF, vers une conciliation-négociation, avec faute inexcusable de l’employeur, et les salariés ont pu obtenir réparation en trois ans à peine.

La médiation permet d’éviter un parcours long et aléatoire devant la justice

Puis, une seconde affaire est venue conforter Robert-François Rastoul dans l’idée que la médiation pouvait être une bonne solution : celle des surirradiés de l’hôpital Rangueil, toujours à Toulouse, en 2008. Face aux lenteurs du tribunal administratif, pour défendre au mieux les patients et leur éviter un parcours long et aléatoire devant la justice, il a demandé au ministère de la Santé que soit mise en place une médiation. La réponse fut favorable et c’est Claude Évin, ministre de la Santé de 1988 à 1991, qui se positionna en tant que médiateur. En 2 à 3 ans, l’affaire fut réglée alors que si les patients avaient opté pour la voix classique, la procédure aurait duré 10 à 20 ans.

Fort de son expérience, aujourd’hui, Robert-François Rastoul voit très bien les avantages de la médiation : le caractère très souple de celle-ci s’oppose à la rigidité d’une procédure judiciaire classique, car la médiation représente non seulement un gain de temps mais aussi d’économie. D’ailleurs, depuis ces deux affaires, de plus en plus de ses clients se tournent vers lui pour bénéficier de ses talents de médiateur. Robert-François Rastoul a d’ailleurs créé en 2011 l’association Médiateurs ad hoc, pour régler tous types de conflits par le biais de la médiation car celle-ci est « adaptée à tous types d’affaires : les litiges très importants comme les plus petits ».

0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
« La médiation va avoir un grand rôle à jouer »

« La médiation va avoir un grand rôle à jouer »

5 questions à Christophe Leca, médiateur et huissier de justiceChristophe Leca est huissier de...

29 juillet 2020
Monsieur Dupond-Moretti, développons la médiation

Monsieur Dupond-Moretti, développons la médiation

Éric Guérin, président de la CMJ de France, a adressé vendredi 10 juillet 2020, une lettre...

22 juillet 2020
Des médiations gratuites à Toulouse

Des médiations gratuites à Toulouse

Des médiations gratuites sont proposées par l’association Médiateurs ad hoc jusqu’au 10 juillet...

17 juin 2020
J.-P. Bonafé-Schmitt : le renouveau de la conciliation et de la médiation

J.-P. Bonafé-Schmitt : le renouveau de la conciliation et de la médiation

Jeudi 11 juin 2020, la Cour de cassation a organisé une conférence en ligne donnée par le...

15 juin 2020
Qu'est-ce qu'un médiateur ?

Qu'est-ce qu'un médiateur ?

Le médiateur est quelqu’un qui va tenter d’établir un dialogue entre vous et la personne avec...

12 mai 2020
Robert-François Rastoul, avocat et fervent défenseur de la médiation

Robert-François Rastoul, avocat et fervent défenseur de la médiation

Robert-François Rastoul, avocat à Toulouse, exerce depuis plus de quarante ans. Ayant constaté...

7 avril 2020
Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus