Menu icoMenu232White icoCross32White

header.imagePlaceholder

header.clickToEdit

header.imagePlaceholderheader.backgroundPlaceholder

header.clickToEdit

Retour
Avocats et médiateurs : deux fonctions complémentaires

Avocats et médiateurs : deux fonctions complémentaires

Pour un avocat, devenir médiateur est un atout car cela lui permet de proposer à ses clients un mode de résolution amiable. Toutefois, il faut bien différencier les deux fonctions et adapter sa posture en conséquence. Les explications avec Robert-François Rastoul, avocat et médiateur à Toulouse.

« La médiation permet de faire germer un accord, qui peut fleurir par la suite. L’essentiel est de faire sortir les personnes de la posture qui les a bloquées dans leur écoute et leur échange », explique Robert-François Rastoul, avocat et médiateur à Toulouse, qui a notamment plaidé pour les salariés présents sur le site de l’usine AZF lors de son explosion en 2001, et défendu avec succès les patients de l’hôpital Rangueil dans l’affaire des surirradiés de Toulouse.

storage?id=900758&type=picture&secret=kO5Y0TquqkVlGfqFAOfykL66QT57xCH8u1FEAs3C&timestamp=1581525812

Avocat depuis 1975, il s’est formé à la médiation en 2007 en suivant la formation Armédis. Depuis, il endosse les deux casquettes, et prend bien garde de différencier ses deux fonctions, car l'attitude d'un avocat et celle d'un médiateur n'est pas du tout la même. « La plus grande difficulté que j’ai rencontrée lors de mes premières médiations a été de bien avoir deux attitudes différentes », témoigne-t-il.

Un médiateur est comme une éponge qui doit s’imprégner de tout ce que dit le client

Effectivement, lorsqu’un avocat reçoit un client qui lui amène une assignation, qui vient parce qu’il est en procès, l’avocat doit faire une analyse juridique et a besoin d’un certain nombre d’éléments factuels qu’il va demander à son client.

« Quand je suis avocat, le client arrive avec une foule d’éléments factuels que je vais passer au crible pour en tirer la quintessence juridique, je suis assez directif », explique Robert-François Rastoul. « Tandis que quand je suis médiateur, c’est tout l’inverse : je suis comme une éponge qui doit s’imprégner de tous ce que dit le client pouvoir ensuite l’aider dans sa recherche de solutions. »

0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
Robert-François Rastoul, avocat et fervent défenseur de la médiation

Robert-François Rastoul, avocat et fervent défenseur de la médiation

Robert-François Rastoul, avocat à Toulouse, exerce depuis plus de quarante ans. Ayant constaté...

7 avril 2020
Avocats et médiateurs : deux fonctions complémentaires

Avocats et médiateurs : deux fonctions complémentaires

Pour un avocat, devenir médiateur est un atout car cela lui permet de proposer à ses clients un...

31 mars 2020
Coronavirus et confinement : le rôle de la médiation familiale

Coronavirus et confinement : le rôle de la médiation familiale

En cette période de confinement mise en place afin de limiter l’épidémie de coronavirus, la...

24 mars 2020
Anthropologie du droit et médiation : hommage à Étienne Le Roy

Anthropologie du droit et médiation : hommage à Étienne Le Roy

L’enseignant-chercheur Étienne Le Roy, anthropologue du droit et africaniste, est décédé le 28...

23 mars 2020
« Le médiateur doit faire appel à son intelligence émotionnelle »

« Le médiateur doit faire appel à son intelligence émotionnelle »

5 questions à Robert-François Rastoul, avocat et médiateurRobert-François Rastoul est avocat à...

17 février 2020
Non, les médiateurs institutionnels ne sont pas indépendants

Non, les médiateurs institutionnels ne sont pas indépendants

Mercredi 8 janvier 2020, le Canard Enchaîné révélait au grand public la démission de Philippe...

21 janvier 2020
Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus